Accroître la participation
des membres


Le mouvement syndical a une longue tradition louable de tenir des assemblées générales fréquemment afin de consulter les membres et afin de garder le plus possible le pouvoir dans leurs mains. Mais force est de constater que trop souvent les membres ne s'impliquent pas autant que l'on pourrait le souhaiter, sauf peut-être pendant le renouvellement de la convention collective ou lorsqu'une grève ou un conflit plane à l'horizon.

Sans aucun doute, tous les syndicalistes s'intéressent au pourquoi de cet état de choses. Pourtant, les explications ne sont pas nécessairement pareil d'un groupe à l'autre.

On se doit de constater qu'il est parfois difficile de prendre le pouls des membres. Le sondage, cet outil utilisé à outrance par les politiciens et essentiel dans la planification de campagnes de marketing, n'a pourtant rien de sorcier. L'utilisation du sondage scientifique afin de découvrir les profils de celles et ceux qui sont actifs dans leur syndicat -ou de ceux et celles qui ne le sont pas- de même que les motivations et les besoins de chacun de ces deux groupes serait utile dans la formulation de campagnes destinées à augmenter la participation syndicale. Il est tout à fait possible d'y arriver sans outrepasser ou renverser le pouvoir décisionnel de l'assemblée et les instances syndicales.

Personne peut prétendre que le mouvement syndical ignore les problèmes de participation, ni qu'il n'essaie pas déjà de corriger la situation, mais s'il existe des méthodes et approches hautement raffinées qui pourraient être adaptées afin d'aider à améliorer cette situation, pourquoi ne pas s'en servir?

Ainsi, lors d'une négociation ou de situations critiques, bien des impondérables peuvent être mesurés et suivis avec des techniques fort précises et révélatrices. Je pense ici, entre autres, à l'évolution des attitudes des membres, à leurs satisfactions et leurs insatisfactions, aux raisons pour lesquelles ils sont heureux ou pas, à leur impatience et à leur désir de se battre, de même qu'au poids qu'ils accordent à différents sujets de négociation.

Jamais, par ailleurs, la sage utilisation de ces techniques ne devra-t-elle entrer en conflit avec le pouvoir ultime de l'assemblée syndicale et les instances décisionnelles tels que définies dans les statuts du syndicat de trancher les grandes questions. Les sondages ne sont pas des substituts, mais plutôt des compléments aux instances démocratiques dans l'établissement de stratégies efficaces.

Pourquoi le mouvement syndical se priverait il d'outils d'information valables et pertinents?



Veuillez continuer afin de découvrir des exemples pratiques où le marketing pourrait être mis à contribution dans les campagnes de boycottage, d'organisation et recrutement, ou de consolidation afin de renforcer un syndicat. Également, lisez quelques FAQ's au sujet du marketing pour le mouvement syndical ou une explication plus détaillée du sujet. Enfin, consultez l'expérience et les qualifications d'Allen Gottheil, plus particulièrement ses clients syndicaux en marketing, de même que d'autres clients syndicaux, ses expériences de travail comme permanent syndical et comme enseignant et son éducation et formation. Sinon, retournez à l'introduction.

Si vous avez des commentaires ou des critiques, des fleurs ou des pots...
Veuillez envoyer un message à:
Allen Gottheil: allengottheil@sympatico.ca

copyright © Allen Gottheil 1999
Montréal, Québec
Tél: (514) 481-7270